Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

" On n'a que l'bon temps qu'on s'donne "

signé : Mémère Roberte (1909-1999)

Cette devise était celle de ma Maman, que ses 6 petits enfants appelaient Mémère Roberte. Aujourd'hui cette maxime est inscrite en lettres blanches sur fond rouge, non sur la cheminée, mais sur le cadre de notre tandem...

17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 15:44

Avant de lire cet épisode, il te faut lire le 1er épisode, puis le 2ème, puis le 3ème.

Mardi 8 août 1933

St Martin en vercors-Chambéry 102.5 km

Nous avons mangé hier soir quelques bonnes tartines de pain ferré, car nos voisins de la ferme nous ont donné leur bidon de lait ( il y en avait environ 3 litres) et le laitier qui est venu avec son camion s'est mis une belle ceinture ! Après le déjeûner, nous rejoignons la route distante de 200 m par un petit chemin. Maurice reconnait dans une voiture un surveillant du collège d'Arras. La route n' est pas très bonne mais devient extrêmement pittoresque. Nous voilà lancés dans une descente et il semble que la route n'a pas d' issue car de tous côtés c'est une muraille à pic. Le soleil passe par quelques brèches et c'est superbe. Nous voici sur le bord du torrent " La Bourne " puis nous nous arrêtons sur le pont de la goule noire. Quelle belle région ! Nous suivons toujours les gorges et nous allons visiter des grottes en aménagement (?) ( Bientôt il y aura un guichet et des panneaux publicitaires sur les bords de la route....)

Une grimpette et nous entrons à Villard de Lans, station hivernale, mais aussi station estivale, car de nombreuses personnes en villégiature se promènent en maillot de bain. Une jolie fontaine orne agréablement la grand place et des attelages de boeufs donnent la note rustique parmi les étalages et les touristes modernes. Le paysage a changé : de vastes prairies, des vallonnements, de la verdure. Nous "gazons" (terme utilisé par les tandemistes lorsque l'engin roule à 50 km/h sur le plat ou dans les faux-plats descendants) et la descente sur Grenoble après les jolies gorges d'engins met nos freins à l'épreuve. Le frein tambour est brûlant, mais tout va bien. A Grenoble, provisions et casse-croûte à midi à Voreppe, la chaleur nous oblige à faire la sieste bien à l'ombre. Les paysans se plaignent de cette température. Nous, nous buvons à toutes les fontaines  cette bonne eau fraîche et limpide que nous parfumons avec l'antésite achetée à  Voiron. Les kilomètres se succèdent et nous campons dans le foin un peu avant Chambéry, après nous être copieusement ravitaillés à Challes les Eaux.

Mercredi 9 août 1933

Chambéry- Gruffy 43 km

Nous arrivons joyeux dans cette bonne ville de Chambéry et faisons halte à la célèbre fontaine des " quatre sans cul" ou fontaine des éléphants. Je bondis à la poste voisine et nous lisons avidement les nouvelles d'Auxi. Tout va bien. On nous souhaite bon voyage et maman nous plaint de voyager par cette chaleur...

Par une route d'un intérêt moyen, quelconque même, et plate, nous approchons du Bourget baigné par le lac. A la sortie du pays, les baigneurs barbotent, et dans la cabine ...publique nous enfilons slips ou maillots. On est bien dans l'eau mais les tahons vous piquent dans le dos et le bain de soleil est impossible. L'atmosphère est plutot lourde et le lac n'est pas joli car la brume enlève toute visibilité.

En route pour Aix les Bains. Des ouvriers élargissent la route. Il est midi et et nous cherchons un restaurant car nous avons la flemme de faire nos provisions et de sortir du pays pour manger. Il n'y a que Roberte pour tenir bon !!

On nous indique un restau de belle apparence : " La Bognetta ". La corvée commence : on discute prix avec le patron. Nous grimaçons car nous ne sommes plus habitués aux coups de fusil, mais celui-ci nous promet un menu fameux et nous cédons...Résultat ? Nous quittons la table avec notre faim mais en y laissant sur la nappe de papier de nombreux croquis ( cuistot tirant le coup d'arquebuse, etc..)

Nous louons alors un canot à moteur et allons à l'abbaye d'Hautecombe où un petit incident nous enlève une partie de notre joie Les religieux qui font visiter l'abbaye conseillent à Roberte de s'abstenir de la visite des appartements royaux. De ce fait nous ne visitons pas tout et  rentrons après une traversée agréable - ( le récit ne donne pas la cause de cette interdiction, nous la connaissons pour l'avoir maintes fois entendue de la bouche de maman toujours très en colère 60 ans après, en effet une femme ne pouvait pénétrer en short et chemisette dans les appartements royaux )abbaye royale d'Hautecombe

A la sortie d'Aix un peloton de gosses galoppe derrière nous. La route grimpe et je roule le torse nu pour éviter de mouiller tout notre linge. Voici le pont de l'abîme : étroit plancher qui relie la montagne au-dessus du goufre réellement impressionnant.

le pont de l'abîme

Nous campons à Gruffy sur une place un peu retirée du village. Nous causons avec les paysans et le soir nous " descendons " dans un bistro boire avec Guche et Maurice deux bonnes carafes de vin excellent et ...bon marché

Les quatre sans cul de Chambéry

A SUIVRE le 5ème épisode nous emmènera à Annecy et Culoz, terme de ce voyage...

Partager cet article

Repost 0
Published by christian BACQUET - dans C'était hier
commenter cet article

commentaires